Bocuse d’Or – Concours mondial de la cuisine à Lyon 2017

Reportage aux Bocuse d’Or

A l’agence nous sommes des gens simples c’est donc au Bocuse d’Or que nous vous invitons aujourd’hui pour l’ouverture de notre blog.
Bienvenue au SIRHA, un petit salon lyonnais qui se déroule sur 5 jours et qui a accueilli cette année 208 000 professionnels de la restauration et de l’hôtellerie. Un rdv en toute intimité on vous a dit… Nous tenons d’ailleurs à remercier les organisateurs qui avaient pensé à tout sauf à nos pieds: la salle de presse se situe à l’opposé de la salle des concours. Quand on sait que Eurexpo fait 30 000m2 de superficie on a de suite beaucoup plus envie de chausser nos meilleures baskets ou de louer des rollers.

Le concours

Bref pendant ce salon nous avons sué, nous avons utilisé 3 paires de chaussures, 12 cartes mémoires, 4 appareils photos, 10 recharges de batterie. Mais surtout nous avons assisté à l’extraordinaire concours des Bocuse d’Or.
Le Bocuse d’Or ou Concours mondial de la cuisine est un des plus prestigieux concours mondial de gastronomie, créé par le cuisinier français Paul Bocuse en 1987 à Lyon.

Le concours prévoit des éliminatoires dans plusieurs pays. Les thèmes des Bocuse d’Or sont déterminés 3 mois à l’avance pour le thème plat et 2 mois à l’avance pour le thème assiette. Les trophées sont décernés tous les deux ans, à l’issue des épreuves qui se déroulent sur deux jours au Salon international de la restauration de l’hôtellerie et de l’alimentation de Lyon (SIRHA).

Vingt-quatre chefs de ving-quatre pays s’affrontent pendant 5 h 35 en public, dans une ambiance volontairement « survoltée » par un animateur, en préparant un plat et une assiette imposés.
En clair le Bocuse d’or est à la cuisine, ce que la coupe du monde est au football.
C’est le chef américain Mathew Peters (33 ans) qui a remporté le premier prix. Une grande première pour les Etats-Unis.

Grosse frustration pour nous : ne pas pouvoir retransmettre les odeurs que nous avons senti pendant le concours. C’est assez incroyable ce qu’une assiette peut nous faire offrir comme variété de parfums.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *